Environ un million d’espèces animales et végétales sont déjà menacées d’extinction, et beaucoup pourraient disparaître “dans les prochaines décennies”, selon un rapport de l’ONU. Et les choses devraient même empirer si des “changements profonds” de société ne sont pas engagés au plus vite.

La restauration des écosystèmes dégradés par l’Homme passe par une réforme du système agro-alimentaire et changements des modèles de production et de consommation.

Dans ce rapport sans précédent, les scientifiques peignent un tableau sombre de l’avenir de l’être humain qui dépend de la nature pour boire, respirer, manger, se chauffer ou se soigner.

“Nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier”, décrit Robert Watson, président de l’IPBES.

Déforestation, agriculture intensive, surpêche, urbanisation galopante, mines: 75% de l’environnement terrestre a été “gravement altéré” par les activités humaines et 66% de l’environnement marin est également touché.

C’est le début de la 6e “extinction de masse” ― non mentionnée dans le rapport ― et la première dont l’Homme est responsable.

Mais aussi “la première qui pourrait être stoppée si nous agissons de manière décisive maintenant”, note Mark Tercek, président de l’ONG Nature Conservancy.

Il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant.

Cela demande une meilleure utilisation des terres sans chimie , arrêter la déforestation , changer nos habitudes de consommation ( plus de végétaux et moins de viandes et de produits laitiers) et limiter fortement le gaspillage, avoir une exploitation des ressources marines durables , changer nos modèles énergétiques pour limiter le réchauffement climatique, mais aussi limiter les espèces invasives.

Nous avons besoin de la nature pour vivre . Si certains maillons disparaissent , c’est la chaîne complète qui va disparaître.

Il est urgent de prendre les décisions courageuses pour éviter que notre planète devienne un astre mort.

Mobilisons nous pour exiger les changements qui s’imposent.