l’expédition Tara part à la chasse au plastique dans 10 fleuves d’Europe

Environ 8 millions de tonnes de plastique sont rejetés chaque année dans les océans, dont 600.000 tonnes rien que pour l’Europe, selon la fondation Tara.

80% de la pollution au plastique dans les mers vient des fleuves. C’est pourquoi les scientifiques de l’expédition Tara, après avoir étudié les océans, vont remonter dix fleuves d’Europe pour mieux comprendre le parcours du déchet en plastique. 

À la fin du mois de mai, ils vont commencer par la Tamise en Grande-Bretagne. En France ce sera le Rhône, le Rhin, la Garonne, la Saône. Leur voilier, la goélette Tara va tirer un filet qui va capturer les déchets de plastique, y compris les micro-plastiques. Ces chercheurs avaient déjà mesuré qu’en Méditerranée il y aurait 400 milliards de micro-déchets dont l’essentiel viendrait des rivières. 

En analysant l’eau des fleuves ils vont pouvoir mieux comprendre quels sont les déchets principaux, leurs sources, les bouteilles, les sacs, combien de temps ils mettent pour faire des centaines de kilomètres et arriver dans la mer, et dans quel état. Et quel est l’impact de tout ça sur la biodiversité ? 

Des “radeaux” à espèces

Car sur ces déchets se développent des bactéries. Certaines sont toxiques et se retrouvent dans la mer en la polluant. En outre, ces déchets de pastique qui flottent sont de véritables “radeaux” à espèces qui peuvent transporter sur de grandes distances des êtres vivants.

Après le tsunami au Japon en 2011, sur un seul petit morceau de polystyrène, des scientifiques ont découvert 59 espèces différentes de larves, de micro algues, du zooplancton. Il était parti du Japon pour arriver au Canada. C’est l’un des risques liés à la pollution par le plastique : transférer des espèces qui peuvent devenir invasives d’un continent à un autre.