Nous assistons à un changement crucial dans la lutte mondiale contre l’esclavage. Les grandes entreprises aux États-Unis, en Europe et en Australie assument, plus que jamais, la responsabilité de débarrasser le monde de ce crime épouvantable. Et elles le font à la lueur des médias et dans un contexte de sensibilisation croissante des consommateurs.

L’esclavage moderne est depuis longtemps un crime caché, interdit dans tous les pays mais endémique dans le monde entier. Le commerce de la traite des êtres humains d’un montant de 150 milliards de dollars prospère là où les personnes sont le plus vulnérables et se développe parallèlement aux catastrophes humanitaires ; il suffit de regarder comment les crises de réfugiés ont fait des personnes déplacées et désespérées une cible facile pour les trafiquants, ou comment un conflit a réduit les populations à la pauvreté, lorsque des droits humains fondamentaux sont sacrifiés pour rester en vie.

Sur les quelque 40,3 millions de personnes actuellement réduites à l’esclavage, 70 % sont contraintes au travail forcé, exploitées et maltraitées. Des hommes, des femmes et des enfants sont asservis par la dette, privés de leur dignité et de leur liberté. Ils sont le visage d’une humanité réduite à de simples marchandises, travaillant sans rémunération dans des usines, des fermes ou des champs, ou risquant leur vie quotidiennement dans des mines délabrées, sur des bateaux de pêche ou en ouvrant des fèves de cacao. Ils sont les victimes silencieuses d’une économie toxique poussée par une soif mondiale de produits et services toujours moins chers – souvent impossibles à retracer, toujours impossibles à quantifier.

Mais lentement, la honte secrète du monde devient plus visible. L’attention accrue des médias a entraîné une prise de conscience croissante des consommateurs et, de manière cruciale, les entreprises doivent y faire face.

Les PDG d’entreprises mondiales commencent à se diriger vers la transparence et la gestion de leur chaîne d’approvisionnement. Unilever est l’un des meilleurs exemples de ce leadership modèle.Adidas, qui a remporté le prix Stop Slavery l’année dernière, emploie 1,3 million de personnes. Néanmoins, il a établi des directives strictes en matière d’approvisionnement responsable, identifiant les risques de travail forcé jusqu’aux matières premières utilisées dans ses chaînes d’approvisionnement. Il s’agit d’un effort considérable. Walmart, premier employeur privé au monde avec 2,3 millions d’employés, collabore avec d’autres détaillants, fournisseurs.

Des pressions en faveur d’une législation européenne sont également d’actualité. En septembre 2017, huit parlements nationaux au sein de l’UE ont appelé à une législation normalisée visant à encourager les entreprises à s’attaquer aux problèmes des droits de l’homme. Imaginez l’impact global de l’approbation d’un marché de cette envergure.

Le vrai changement, cependant, arrivera lorsque les entreprises commenceront à se vendre activement comme des sociétés n’employant aucun esclave auprès de la prochaine génération de consommateurs avisés.