Le nouveau visage de l’ingénieur du XXIème siècle

Le nouveau visage de l’ingénieur du XXIème siècle

30 000 élèves ingénieurs sont formés par an alors que l’économie française en aurait besoin de 50 000. D’où vient cette crise des vocations ?

Parmi d’autres facteurs, joue très probablement une image parfois négative de la technique – et notamment de ses conséquences sociales et environnementales.

Une pétition lancée par des étudiants de grandes écoles, comme le discours, devenu viral, d’un Centralien exigeant que son métier serve mieux l’humanité, manifestaient clairement le besoin qu’ont les jeunes générations d’inscrire leur action dans les grands défis de leur temps.

Cette exigence, l’ingénieur d’aujourd’hui l’exprime avec détermination en voulant placer son effort au service de grandes causes éthiques.

La figure de l’inventeur solitaire, découvreur isolé, est belle et bien dépassée. Les ingénieurs doivent poursuivre des réalisations collectives et internationales. Leur bureau d’étude, leur usine, leur open space est la planète.

Le défi environnemental suppose investissement et savoir-faire, tant pour donner naissance à des produits toujours plus économes en énergie que pour mettre en œuvre les méthodes industrielles écologiquement les moins coûteuses.

L’autre défi des ingénieurs du XXIe siècle est de placer la technique au service de l’homme.

Rien n’oblige ainsi à opposer recherche de performance, indispensable dans un monde toujours plus concurrentiel, et recherche de sens, en œuvrant pour la transition énergétique et des nouvelles technologies émancipatrices. On dit souvent aux jeunes ingénieurs qu’ils devront savoir assumer plusieurs rôles au cours de leur vie : inventeur, chercheur, manager. Une nouvelle figure de l’ingénieur dominera le XXIe siècle : celle de l’ingénieur humaniste.

La population augmente plus que prévu

La population augmente plus que prévu

Les démographes prévoient 11,2 Milliards d’habitants en 2100.

Cette augmentation inattendue est liée notamment à la situation en Afrique subsaharienne .

La population dans cette région du monde devrait quadrupler d’ici la fin du siècle ( probabilité à 80%), passant de 1 milliard à 4 milliards d’habitants.

Cela est du en grande partie au niveau de scolarisation des filles.

Un tableau de fécondité des femmes en lien avec la scolarisation montre que celles qui n’ont pas été scolarisées ont en moyenne 7 enfants , celles de niveau primaire 4 enfants et au niveau d’études supérieures cela descend souvent à 2 enfants.

Cela a aussi un lien avec le niveau de richesse du foyer.

Cette démographie galopante dans une zone géographique durement touchée par le dérèglement climatique et le stress hydrique est une bombe à retardement de conflits et de migrations à très grande échelle.

Nous aurions tout intérêt pour le bien être de ses populations mais aussi pour le nôtre d’aider à la mise en place d’écoles et de formation de professeurs pour vite scolariser cette jeunesse.

En parallèle leur apporter des techniques pour qu’ils puissent développer leur économie , avoir une agriculture biologique de qualité , un réseau de captation et d’assainissement de l’eau et bien informer leur population sur les moyens de contraceptions.

Aider ses pays à se développer , c’est permettre à leur population de vivre dignement dans leur pays, de freiner leur démographie et pour nous c’est la possibilité d’ouvrir des marchés pour nos entreprises et créer de l’emploi.

En outre , le terrorisme djihadiste se développe sur la misère des peuples.

Tout le monde est gagnant à mettre en place des moyens humains et financiers dans cette région africaine.