Le 6éme rapport du GIEC nous alerte , sans action immédiate l’humanité va entrer dans une nouvelle ère climatique dont les effets sur les écosystèmes et l’activité humaine sont inconnus. Cette bascule climatique peut encore être évitée si les actions de réduction des gaz à effet de serre sont immédiates et profondes.

Ce 26ème sommet sur le climat du 1er au 12 Novembre à Glasgow est crucial car c’est à partir de cette foin d’année que doit entrer en action l’accord de Paris de 2015. Ce traité a comme objectif de limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2°C , par rapport au niveau préindustriel.

Les engagements déjà connus ne sont pas à la hauteur des enjeux. La température de la planète est sur une tendance d’augmentation de 2,7 °C à la fin du siècle. Les émissions de gaz à effet de serre seront en hausse de 16% d’ici à 2030 alors qu’elles devraient baisser dés cette année pour éviter de dépasser 1,5°C.

La Chine , L’Inde, la Turquie et l’ Arabie Saoudite ( 33% des émissions mondiales ) n’ont toujours pas remis de plans actualisés. Seule le Royaume Uni affiche un objectif compatible avec l’accord de Paris.

Les Etats développés , responsable historique de la pollution atmosphérique, doivent verser tous les ans 100 Milliards de dollars aux pays en voie de développement pour les aider à s’adapter au changement climatique. A ce jour , seulement 79 milliards de dollars sont effectivement débloqués.

La COP26 doit aussi mettre en place un plan de lutte contre les émissions de Méthane par toute la communauté internationale , qui permettrait d’éviter une augmentation de 0,3 °C des températures mondiales. A ce jour seulement 13 pays ont mis en place un plan de lutte.