Ramassage des déchets à Aubagne

Ramassage des déchets à Aubagne

Dans le cadre de la journée internationale de la propreté le samedi 18 Septembre, notre association en partenariat avec la caisse locale du Crédit agricole , l’association des lycéens d’Aubagne et Gémenos API et les lycéens de Joliot Curie , avons ramassé 86 sacs de déchets dans le centre ville , aux abords et dans les berges de l’Huveaune et autour des stades à Aubagne. Une belle matinée conviviale et dynamique au service de la propreté de notre ville et un beau message de sensibilisation à tous les citoyens sur l’importance de respecter notre environnement.

Semeurs d’utopie

Semeurs d’utopie

Ce film montre qu’il est possible de faire une agriculture plus respectueuse de l’environnement , plus autonomes et plus solidaires. De beaux témoignages de paysans qui inventent des solutions pour le futur et donnent envie de consommer autrement

Fête de la Nature Dimanche 23 Mai à Aubagne

Fête de la Nature Dimanche 23 Mai à Aubagne

Nous avons organisé avec nos partenaires associatifs une belle fête de la Nature dimanche 23 Mai sous les pins au centre aéré des Espillières à Aubagne. De nombreuses familles d’Aubagne et des villages proches ( près de 600 personnes) ont pu assister à de belles animations : ballade découverte des plantes, lecture théâtrale sur l’environnement, réalisation d’hôtels à insectes, animation de dessins sur la nature , atelier compost , sensibilisation au recyclage et la gestion des déchets sous forme ludique, cartes Quizz sur l’ éducation à l’environnement , atelier sur les papillons , atelier sur le compost , sensibilisation à la vie des abeilles et à la protection des oiseaux , sensibilisation à la consommation sans emballage , protection de la biodiversité , atelier bombes de graines, atelier vélo , réalisation de beaume naturel , atelier connexion à la nature par la respiration,économie circulaire dans le domaine de l’argile , transition énergétique , santé et environnement , …

Tout cela dans une ambiance conviviale et musicale , un merveilleux moment de joie et de partage après cette période difficile de confinement.

La marque aixoise Sauvage Méditerranée propose des bijoux et accessoires conçus à partir de déchets marins recyclés

La marque aixoise Sauvage Méditerranée propose des bijoux et accessoires conçus à partir de déchets marins recyclés

Elle invite ses clients à régler leurs achats en échange de bouchons en plastique.

Le principe est simple : vous collectez des bouchons trouvés dans les rues ou sur les plages, pesez vos trésors (500 g équivalant à 1/2 boîte à chaussures remplie, soit 15 € d’achat) puis l’envoyez par colis en indiquant à l’avance le choix de votre produit. Bracelets, boucles d’oreille, porte-clés, thermos… Les consommateurs n’ont que l’embarras du choix pour allier tendance et éco-responsabilité.

Une nouvelle initiative originale et durable que vient de lancer Emmanuel Laurin, notamment organisateur du Grand Défi, la plus grande course en mer de ramassage de déchets en Europe. « L’ADN de notre association est la valorisation des déchets, rappelle d’emblée l’entrepreneur. J’ai voulu aller plus loin dans notre démarche. Nous avons récemment acquis une broyeuse dans nos locaux qui peut compresser le plastique. Il s’agit de plastique recyclable (PEHD), facilement stockable et coloré. Le but est de sensibiliser le plus de monde à cette problématique, sachant que le bouchon en plastique figure dans le top 10 des déchets les plus ramassés sur les plages du monde. Maintenant, au lieu de marcher sur la plage en passant à côté d’un bouchon, les gens feront peut-être instinctivement l’effort de le ramasser ».

Une interdépendance éco-citoyenne

L’initiative est de rigueur, sachant que la Méditerranée reste la mer la plus polluée au monde en déchets plastique. Et l’action devient même le nouveau pari d’Emmanuel. « Le but n’est pas que les gens nous renvoient les bouchons des bouteilles qu’ils ont achetées en supermarché, cela serait contre-productif et inciterait à la consommation de plastique. Nous demandons une photo d’eux pendant le ramassage, afin de leur faire prendre conscience des enjeux que nous mettons dans cette démarche ».

Déjà en lien avec une quinzaine d’associations locales, dont Palana Environnement, Clean my Calanques ou encore 1 déchet par jour, Sauvage Méditerranée fait peu à peu prospérer ses gammes de produits. Elle propose ainsi divers accessoires à des prix abordables, tous conçus à partir de déchets sauvages. Du made in Provence qui prône aujourd’hui l’upcycling sous toutes ses formes. « Des filets de pêche, du verre poli trouvé dans les calanques, des voiles de bateaux… Il y a beaucoup de déchets marins qui servent à élaborer nos produits. L’enjeu est double : vous protégez l’environnement, et vous nous fournissez la matière première pour nos accessoires ».

Emmanuel ne compte pas s’arrêter là : les premiers sacs en filets de pêche, en provenance de Marseille, seront disponibles sur la boutique en ligne dans le courant de l’automne, dont la production est confiée à un ESAT, structure de réinsertion par l’emploi. En somme, consommer Sauvage revient à : 1) consommer local, 2) s’inscrire dans une démarche éco-citoyenne, 3) valoriser l’économie circulaire. Quoi d’autre ?

production d’Énergie Renouvelable en Pays d’Aix.

production d’Énergie Renouvelable en Pays d’Aix.

AVEPPA Production est une Société Coopérative d’Intérêt Collectif, qui développe un projet de production d’Énergie Renouvelable en Pays d’Aix.

Elle Participe dès aujourd’hui et localement à cette transition en produisant de l’électricité solaire.

L’AVEPPA Production loue, en Pays d’Aix, des toitures aux entreprises, collectivités, particuliers, et y installe des capteurs photovoltaïques pour produire de l’électricité réinjectée dans le réseau et consommée localement.

Simultanément, elle améliore les performances énergétiques des bâtiments support.

Premiers projets :

Une installation de 36 kWc de panneaux photovoltaïques, une partie sur le toit de la

cantine d’une école et une autre partie sur l’auvent attenant.

Une installation de 100 kWc sur les toitures de la cave coopérative vinicole « les 4 Tours » de Venelles.

Nettoie ton km, le défi écolo de Benjamin de Molliens

Nettoie ton km, le défi écolo de Benjamin de Molliens

Passionné d’aventure et d’écologie, Benjamin de Molliens a cofondé en 2017 le projet Plastic Odyssey destiné à lutter contre les déchets plastiques et multiplie les défis. Tous les matins depuis le début du mois novembre, ce sportif touche-à-tout part faire son “plogging”. Une pratique apparue en Suède en 2016, contraction de « plocka upp », « ramasser » en suédois et de jogging. En tenue de sport, équipé de gants et d’un sac poubelle, il court tout en nettoyant ce qu’il trouve sur son parcours. “Ramasser les déchets ajoute des mouvements sympas. C’est ma façon de faire des squats” rigole t-il.

L’idée du défi #nettoietonkm, Benjamin l’a eue en cherchant comment sensibiliser à l’écologie au quotidien dans la limite d’1 km et d’1 heure : “J’ai imaginé un défi facile à relever avec un hashtag court et percutant. Je voulais qu’il parle à tout le monde. Et pour le rendre viral, j’ai commencé par nominer des amis aventuriers en leur demandant de nominer d’autres personnalités à leur tour”. La participation de Joey Starr, nominé par Eddie Platt, fondateur de l’association 1 déchet par jour, lance le buzz.

Nous retrouvons Benjamin au Vallon des Auffes, à Marseille, où il s’est installé en 2017. Avec sa veste jaune fluo, impossible de le rater : “J’ai appris à accepter le regard des gens. Interpeller, ça fait partie de mon action. Il y a les déchets que je ramasse mais aussi le message que je fais passer. Certains passants me regardent bizarrement mais la plupart m’encouragent”.

Tout en répondant à nos questions, ce Breton d’origine, amoureux de la mer, remplit son sac poubelle et commente : “Le déchet star c’est le mégot. Et le paquet avec son film plastique… C’est terrible car un mégot met 10 à 12 ans à se dégrader et pollue jusqu’à 500 litres d’eau”. À ses côtés, nous constatons que les déchets sont variés – masques jetables, emballages, jouets en plastique, coton-tiges, canettes – et en près d’une heure, le sac de 30 litres se remplit rapidement… “Tout ce que nous consommons se retrouve dans le paysage. C’est pour ça que j’ai envie de sensibiliser non seulement au ramassage des déchets mais aussi à la surconsommation. En fait, la seule solution face aux déchets, c’est de ne pas en produire”. Ce mantra, l’éco-aventurier l’expérimente déjà depuis plusieurs mois à travers son projet de défis sportifs itinérants : « Expédition Zéro ».

Source Myprovence.fr