Selon une étude publiée dans la revue Science, les populations de plus de 450 espèces de papillons ont diminué d’environ 2 % par an au cours des quarante dernières années.

Les causes de la disparition des papillons ? l’agriculture intensive, l’usage de pesticides et le réchauffement climatique.

L’intensification agricole et la densification urbaine réduisent les habitats de prédilection des papillons : pelouses, prairies et landes. Les herbicides font disparaître les plantes spécifiques dont leurs chenilles se nourrissent, tandis que les insecticides s’attaquent directement à eux. Quant au réchauffement climatique, il contraint certaines espèces à migrer vers le Nord ou en altitude, sans toujours parvenir à trouver un nouvel habitat.

Pourquoi les protéger ? Les papillons ne sont pas seulement de jolis insectes colorés aux noms poétiques, ils jouent un rôle essentiel dans l’équilibre de la nature.

Comme les abeilles, les papillons sont des pollinisateurs : en se nourrissant du nectar des fleurs, ils transportent le pollen d’une plante à l’autre et assurent ainsi la reproduction de nombreuses plantes.

Les papillons constituent un maillon important de la chaine alimentaire, leurs chenilles servant de nourriture à de nombreux animaux, comme les oiseaux.

Pour toutes ces raisons, les papillons sont de très bons indicateurs de l’état de santé de l’environnement.  Leur déclin alarmant témoigne de sa dégradation.

Que faire pour les protéger ?

Tout d’abord, supprimer l’usage des pesticides qui contaminent l’environnement. Au jardin, on peut accueillir des papillons en plantant des graines spécifiques de leurs fleurs

nourricières, créer de petites zones de friche où les papillons pourront pondre leurs œufs et les chenilles se nourrir, espacer les tontes.

Sources : Agence européenne pour l’environnement, UICN, MNHN.