Nous savons aujourd’hui que nous avons perdu 40% des espèces animales et végétales depuis un demi-siècle.
1 million d’espèces risquent encore de disparaître d’ici 20 à 30 ans. Bien sûr que le réchauffement climatique est un facteur majeur de ce déclin de la biodiversité mais il n’est pas le seul . Le point majeur est l’exploitation des terres qui détruit les espaces pour nourrir les êtres humains et les animaux d’élevage, la pression démographique qui empiète de plus en plus sur les forêts , les espaces naturels , notre exploitation trop forte sur les espèces animales.
Tout cela demande de notre part un changement dans nos comportements alimentaires ( limiter la consommation de protéines animales pour limiter les terres de culture et l’impact sur la déforestation et les océans), changer nos modèles d’habitat pour intégrer la biodiversité , limiter la démographie dans certains pays, prendre en compte dans l’éducation notre ecosystème local et comment le protéger, changer notre modèle d’agricuture pour supprimer très vite la chimie qui détruit notre biodiversité.
Nous ne survivrons pas si une grande partie de notre ecosystème disparaît. Nous faisons entièrement partie de cet ecosystème et toutes les espèces ont une fonction pour l’harmonie de notre planète.